[#FOODTECH]

Début 2016, la Mission French Tech et la Direction Générale des Entreprises au Ministère de l’Économie ont impulsé la structuration des Métropoles French Tech en « Réseaux Thématiques ». Ainsi, Lyon French Tech est devenue membre des Réseaux #FoodTech, #CleanTech #Mobility, #HealthTech, #IoT #Manufactory et #EdTech #Entertainment. Ceux-ci ont pour objectif d’encourager une dynamique sectorielle, en tenant compte des spécificités de chaque thématique.

Jérôme Zlatoff, référent du réseau thématique #FoodTech à Lyon

Lyon French Tech (LFT) : Monsieur Zlatoff, quelques mots pour vous présenter ?

Jérôme Zlatoff : Je suis en charge des activités d’entrepreneuriat et d’innovation à l’ISARA. Cette école d’ingérieur en agricultureagro-écologie, environnement et agro-alimentaire s’est en effet affirmée comme pôle de référence au cœur des questions alimentaires, agricoles et environnementales. Dans ce cadre, j’interviens à trois niveaux : tout d’abord comme responsable de l’incubateur Agrapole (piloté par l’ISARA), mais également comme responsable d’un enseignement de 5ème année en Gestion de l’Innovation et Développement des entreprises et enfin comme référent du projet collaboratif IDEFI-Ecotrophelia.

Ces différentes missions m’ont notamment permis de visualiser l’ampleur de l’écosystème FoodTech, tout comme ses besoins. S’il a toutes les compétences à proximité immédiate, le parcours du porteur de projet peut cependant se révéler parfois long et complexe, entre tous les dispositifs d’accompagnement présents sur le territoire. L’incubateur Agrapole est l’une des rares structures à faire le pont entre les porteurs de projets food, avec donc une démarche entrepreneuriale, et les autres acteurs de la profession qui peuvent apporter des compétences et bien plus. La thématique FoodTech me semblait être un moyen intéressant pour continuer à fédérer les acteurs de ce réseau et faciliter les synergies entre acteur dans le but d’accélérer le développement de ces startups.

La FoodTech, un secteur en plein boom

LFT : D’ailleurs, en quoi diriez-vous que la thématique FoodTech est importante à Lyon ?

Jérôme Zlatoff : De manière nationale, la France est mondialement reconnue comme le berceau de la gastronomie. Il était donc impensable pour Lyon, Capitale de la gastronomie, de ne pas se positionner sur cette thématique.

Par ailleurs, c’est un secteur en pleine expansion. Pour vous donner un titre d’exemple, les investissements dédiés à la FoodTech en 2015 sont aussi importants que ceux des années 2000 à 2014 cumulés ! La Chine participe largement à cette croissance exponentielle, tout comme les États-Unis. Le Royaume-Uni ainsi que l’Allemagne sont eux aussi porteurs de la dynamique. Nous nous devons de saisir cette opportunité en France, d’autant que nous avons clairement des arguments de poids  à avancer.

Partager une vision commune de la FoodTech

LFT : Concrètement, comment se structure cette dynamique ?

Jérôme Zlatoff : Aujourd’hui, le Réseau Thématique #FoodTech à Lyon s’est structuré autour d’un premier écosystème de plus de 20 partenaires, à l’échelle régional. L’action s’appelle à ce titre la Foodtech Lyon Auvergne Rhône Alpes. L’objectif global de la Foodtech LYON AURA est de donner l’opportunité aux porteurs de projet de faire naître et faire grandir des projets innovants pour la Filière Food en Région. Il se décline à travers deux types de projet :

  • Les projets innovants pour lesquels l’objectif est d’en encourager l’émergence. Pour cela, nous souhaitons faciliter le parcours des porteurs de ces projets en rendant davantage lisible l’écosystème et structurer les interfaces entre ses acteurs.
  • Les projets innovants à haut potentiel pour lesquels l’objectif est de leur faire révéler leur plein potentiel dans le délai le plus court possible. Le haut potentiel réside particulièrement dans leur capacité à devenir un futur leader du secteur, sur le segment de la chaîne de valeur concerné. Pour cela, la Foodtech propose de structurer un parcours d’accompagnement et d’accélération personnalisé, reposant sur les compétences les plus pertinentes de chacun des membres du consortium.

L’identification de ces projets passera par un comité d’engagement constitué d’une large part des membres du consortium.

Nous devons, à l’échelle du réseau, nous structurer pour répondre à cet objectif. Plusieurs groupes de travail, maillant les thématiques clés de l’entrepreneur sont ainsi constitués pour avancer sur ce sujet dans les mois à venir.

Exemples de startups

Notre objectif étant de positionner l’écosystème au bénéfice des porteurs de projets. Parmi eux, je peux par exemple vous parler de nos 3 startups « totem » du fonctionnement du réseau :

Découvrez le manifeste du Réseau Thématique #FoodTech ici !

 

foodtech-startups