[PORTRAIT] Laurent Bouzon, co-fondateur et CEO Lyko

7 mai 2020
Vie de l'association

Valoriser. Valoriser les entrepreneurs et les membres qui s’investissent dans notre association fait partie intégrante de notre ADN. Parce que les entrepreneurs et nos adhérents sont au cœur de nos actions, nous souhaitons mettre en avant leur parcours et leurs projets. En ces temps inédits et difficiles pour toutes et tous, il faut avant tout rester solidaire et c’est dans cet objectif que nous avons souhaité diffuser une série de portraits.

Voici donc le portrait de Laurent Bouzon, co-fondateur et CEO de Lyko, investis dans notre association et membre actif de notre Commission Diversité.

Découvrez son portrait

Quelques mots pour te présenter toi et ton parcours ?

J’ai 35 ans et je suis originaire de Saint-Priest. J’ai d’abord entrepris une carrière de judoka de haut-niveau, en intégrant notamment le Pôle France Grenoble. À 20 ans, n’ayant pas atteint mes objectifs sportifs et avec très peu d’appétence pour les études, je décide de me lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Je crée donc ma petite entreprise de taxi, que j’ai développé pendant 10 ans. Ces années m’ont permis de faire mes 1ère armes d’entrepreneur, de confirmer mes passions : l’entrepreneuriat et le secteur des transports. Mais je voulais avoir plus d’impact et défendre une nouvelle vision de la mobilité, plus intelligente et plus durable. En 2018, j’ai donc co-fondé Lyko avec Adrien Hugon et Yacine Belarbi

Peux-tu nous en dire plus sur ton projet Lyko et comment cette idée t’est venue ?

Aujourd’hui Lyko est une plateforme qui met à disposition aux entreprises les ressources et outils technologiques nécessaires (API, Algorithmes, solution de paiement…) aux déploiements de solutions de mobilité intelligentes et intermodales, dites MaaS. Nos clients utilisent notre technologie pour créer leur propre plateforme de transport « from scratch », ou pour l’intégrer directement dans leurs sites ou apps existantes. Pour être honnête, comme beaucoup de startups, ce modèle n’était pas l’idée initiale. En juin 2018, nous avons lancé une plateforme de transport multimodale dédiée aux transfert aéroport. Avec les feedbacks du marché et en faisant un état des lieux de nos points forts, nous avons pivoté sur un modèle BtoB avec comme coeur de métier la technologie.

Comment as-tu pu financer ce projet ?

Dans les premiers mois, à vrai dire, la journée je développais Lyko et la nuit j’étais chauffeur VTC pour Uber. Par la suite, nous avons le choix de ne pas faire de crédit pour ne pas nous mettre une pression supplémentaire. À partir de là, la seule solution pour vivre mais aussi pour accélérer notre développement était de signer des contrats et de faire du chiffre d’affaires. Se mettre en position de survie, vous permet d’aller à l’essentiel, et de faire ce qui devrait être l’obsession première de toutes les entreprises : trouver des clients !

Quels sont les obstacles auxquels tu as dû faire face ?

Le plus compliqué a été de trouver les bonnes personnes pour constituer la team fondatrice. À mon sens, l’équipe, de par son talent, son implication et sa résilience, est le facteur principal qui amène (ou pas) une entreprise à la réussite.

Quels conseils pourrais-tu donner à ceux qui veulent se lancer ?

Je leur conseillerais de travailler sur un sujet/problème qui les passionne, et avec des collaborateurs qu’ils apprécient réellement. Je pense que c’est important qu’ils s’entourent de personnes enthousiastes à l’idée de travailler spécifiquement avec eux. Cela permet d’être soudé lors des échecs et de profiter pleinement des victoires.

Est-ce important pour toi de t’investir dans une communauté ? En dehors de French Tech One es-tu investi dans d’autres communautés ?

Pour moi, c’est une évidence. Cela me permet de découvrir de nouvelles personnes, de nouveaux horizons et points de vue. Mais surtout de passer à l’action, je ne fais pas partie des commentateurs mais plutôt des personnes qui croient en l‘intelligence collective et la force d’un groupe pour tenter de résoudre concrètement des problèmes. J’essaie aussi de m’impliquer au sein de la communauté Entrepreneurs dans la Ville, qui est un programme d’incubation à destination des jeunes de banlieue. Cette structure m’a beaucoup apporté et m’a également permis de rencontrer Yacine, un de mes associés. J’essaie donc de leur rendre dès que je le peux.

Pourquoi avoir fait le choix de t’investir dans la commission Diversité ? Qu’est-ce que cela t’apporte ?

La Diversité fait partie des fondements de Lyko. Elle nous a donné cette résilience qui nous a permis jusqu’à aujourd’hui de passer toutes les étapes, souvent dans la difficulté mais toujours avec beaucoup de solidarité. J’ai envie de partager cette expérience, et de convaincre un maximum de dirigeants d’intégrer la Diversité dans leurs stratégies. Pas seulement pour communiquer, mais surtout pour créer de la valeur.

FTOne en 3 mots ?

  • Collectif
  • Ambition
  • Diversité
Ces articles peuvent vous intéresser

Pour recevoir les actualités, les appels à candidatures ou projets, pour recevoir les réductions et invitations aux évènements, …

French tech
Vous souhaitez rester informé.e ?